La langue des signes pour communiquer avec bébé : nouvelle promesse de performance

0010442077D-849x565

Pourquoi signer avec son bébé (entendant ) ?
En réaction à l’article « les avantages de la langue des signes » (lien ci-dessous), j’ai eu envie de vous donner mon sentiment à propos de cette idée.

http://www.signes-bebe.com/Les-avantages-de-la-langue-des

Cet article propose d’apprendre la langue des signes, dès le plus jeune âge!
Belle idée, si c’est pour pouvoir communiquer avec les personnes sourdes! Ici, il s’agit de rendre les enfants plus performants, voire même de les rendre plus intelligents. Nous nous retrouvons encore une fois, lancés, dans cette quête de la performance, dans cette course effrénée, liée à la crainte que les enfants n’apprennent pas assez vite à parler, au risque de ne pas rentrer dans les apprentissages scolaires.

L’article annonce : « communiquer avec votre enfant avant qu’il ne sache parler! »

Dès sa naissance, et même avant, tout est communication: les regards, les échanges verbaux, oraux, les mimiques, les câlins, les jeux de vocalises, le babillage….et les gestes ( car nous avons des gestes porteurs de sens, que nous utilisons naturellement avec les tout petits, afin d’étayer le sens des mots seuls) ! Et cela prend sens dans la situation vécue avec l’enfant, le nourrisson, dans la répétition et l’imitation.

Le langage va se construire, au fur et à mesure des échanges, pendant lesquels l’enfant va répondre aux sollicitations, puis initier ces échanges. Le langage ne s’apprend pas, il se construit, en situation, et dans une relation.

Aller plus vite, pourquoi?

La construction de la langue des signes, va prendre le même temps que la construction de la langue orale! Car quelle que soit la langue, sa construction va nécessiter de passer par les mêmes étapes: échanges, non-verbal, ajustement, essai-erreur, affectif, attention-conjointe, feed-back, écholalie, permanence de l’objet, mimétisme, sens, intention…

langue des signes images

La langue des signes lui permettrait d’ « exprimer ce qu’il ressent » plus tôt.

L’enfant vit longtemps dans l’immédiateté, et dans la satisfaction immédiate de ses besoins. Or, au fur et à mesure des mois, il commence à pouvoir attendre, donc à « être moins frustré », quand il a construit un « espace à penser » (1) qui lui permet de penser « à propos » de quelque chose. Cet espace à penser, va permettre à l’enfant de prendre conscience de ses besoins, et d’avoir envie de les formuler.

L’enfant qui a besoin de s’exprimer, qui construit le langage, qu’il soit oral ou signé, qui commence à comprendre le monde qui l’entoure, qui commence à vouloir dire ce monde, en nommant les objets, cet enfant se saisira de tous les moyens de communication.

L’article évoque « les frustrations » provoquées par des difficultés de communication

C’est là, aussi, que la construction de la langue prend sa source. En effet, quand l’enfant veut exprimer quelque chose, il utilise tous les outils connus, et, l’adulte va interpréter les tentatives de l’enfant pour se faire comprendre, il va mettre du sens dans ce qu’exprime l’enfant. Dans ces tentatives, la communication ne génère pas beaucoup de frustrations, car l’enfant se sent écouté, et respecté dans ses besoins. Il ne s’agit pas de dire qu’il faut frustrer l’enfant, mais le langage va, aussi, émerger à travers un besoin donc un « manque » ou « l’absence » de quelque chose, auquel nous allons tenter de répondre.

En conclusion, je pense que les enfants ont d’abord besoin d’être accompagnés, par les adultes, dans leur développement, en construisant, ensemble, une relation basée sur une communication bienveillante et harmonieuse sans objectif ou résultat programmé. Ainsi, le langage émergera, au rythme de chaque enfant, et en respectant ses besoins.

Florence Lerouge, orthophoniste, sophrologue et co-fondatrice de joue pense parle.

(1) référence aux travaux de Lydie Morel, orthophoniste, chargée d’enseignement et membre de Cogi’Act.

Publicités

13 réflexions sur “La langue des signes pour communiquer avec bébé : nouvelle promesse de performance

  1. je suis tellement heureuse de vous lire ! je suis de formation éducatrice de jeunes enfants et actuellement assistante maternelle . je me suis « battue » pour faire entendre ces arguments au relais d’assistantes maternelles dont je dépend. mais rien à faire, nous avons eu le droit à des comptines signées, un bonjour signé et une formation pour les ass mats (aucun enfant, ni parents n’étaient concernés par un manque ou trouble du langage). j’ai eu le sentiment que l’on faisait plaisir à l’adulte et c’est tout ! merci de nous abreuver de vos écrits qui sont tellement l’essentiel !

    • Merci pour ce commentaire et pour votre intérêt, Anne.
      Cette actualité tragique nous donne à penser qu’il est plus urgent que jamais de permettre aux enfants, adultes de demain, d’élaborer une pensée propre, en commençant par faire des choses qui ont du sens pour eux, et non qui s’inscrivent dans une mode, une promesse de résultat immédiat ou de performance.
      Continuons, ensemble, trouvons des arguments, partageons, élaborons et diffusons nos convictions !
      Courage !

  2. c’est completement ridicule! il ne s’agit pas du tout de volonté de performance! des frustrations il y en a toujours, puisque l’on apprend que quelques mots, l’essentiel pour le quotidien, mais je peux vous dire que c’est un réel plaisir pour l’enfant de voir qu’on le comprend, de pouvoir interagir avec nous! on apprend bien à tous les enfants à faire « coucou », à envoyer des bisous…alors pourquoi pas un peu plus? mon fils était ravi de pouvoir dire « encore », « tétée », « j’entend », (vers 1an), « j’ai peur » (vers 14 mois), des choses plus « futiles comme « oiseau », « chat », puis des aliments (le signe qu’il a le plus vite retenu: « chocolat » émoticône tongue ), et meme « je t’aime » émoticône smile je m’en fiche que mon fils parle « tot » ou « tard », mais c’était très appréciable de pouvoir communiquer un peu plus facilement avec lui, dès 1an! et ne vous inquiétez pas, des frustrations il y en a toujours bien assez…

  3. Votre réflexion est intéressante. Mais je pense que vous occultez un point essentiel de la vie moderne : les parents passent de moins en moins de temps avec leur enfant, les mamans en particulier lorsqu’elle reprenne le travail dès la fin du congé maternité. L’enfant est donc confié à des assistantes maternelles, parfois une seule. Les adultes qui s’occupent de lui n’ont donc plus le temps « d’écouter » l’enfant. La communication non-verbale qui se met en place naturellement entre 2 êtres qui se connaissent bien ne peut pas se faire. Combien de mamans ou de nounou sont aujourd’hui capable de voir quand l’enfant fait pipi, sans ouvrir sa couche ? Combien de maman ou de nounou détecte les signes précoces de faim ou de soif ? Pourtant, tous les enfants l’expriment. Et je ne parle que des besoins de base, dès qu’on aborde les états émotionnels tout se complique, l’adulte se borne le plus souvent à projeter sur l’enfant son propre état émotionnel. On le voit bien avec des réactions du type « je le laisse pleurer car c’est un caprice, il pleure pour rien » qui n’est en réalité qu’un aveu d’impuissance de l’adulte incapable d’interpréter les signes de l’enfant. La langue des signes basée sur la LSF peut donc venir apporter une aide à la mise en place de cette communication. Sans doute certains couples maman/bébé et nounou/bébé n’en ont pas besoin, car ils mettent au point de manière naturel leur propre langage. Et c’est tant mieux. Mais il faut bien constater que cette situation est rare, et que beaucoup de comportement de violence ordinaire sur les enfants viennent de cette absence de langage commun, que la LSF pour bébé peut venir légèrement comblée. Cela n’a pas grand chose à voir avec la performance, c’est plutôt un pis-aller, et pourtant tellement indispensable à une grande majorité de bébés/bambins !

  4. Bonjour Vanina, merci pour votre commentaire.
    Non seulement nous n’omettons pas ce manque de temps d’écoute et d’interaction avec l’enfant, mais c’est même exactement ce que nous dénonçons !
    C’est ce que nous appelons « recherche de performance » : cet outil, cette méthode, ferait donc « gagner du temps », serait plus efficace que les moyens naturels de communication dont nous disposons naturellement.
    Pensez vous qu’une assistante maternelle, telle que vous la décrivez, si peu à l’écoute, si peu encline à l’interaction, sera suffisamment investie pour se former à cette méthode et que le signe qu’elle proposera ou que l’enfant lui proposera sera une garantie de bonne communication ?
    Le signe n’a rien de magique en soi, n’a rien de réparateur, c’est l’ensemble de la communication humaine, dans sa dimension émotionnelle, informative, langagière, qui est porteuse de sens véritable et d’échange.
    (nous parlons ici évidemment de situations en dehors de tout handicap)

  5. Je suis EJE, responsable d’établissement petite enfance depuis longtemps… Suite au travail de collaboration avec plusieurs orthophoniste et le SESSAD Trisomie 21 Loire nous avons pris conscience de l’avantage de signer pour un enfant trisomique. En exprimant quelques mots par signes à la crèche, nous avons fait perdurer un mode de communication utilisé dans le milieu familial (climat sécure). Nous nous sommes aperçu qu’il était intéressant pour les autres enfants de communiquer par le biais de geste pour apaiser le quotidien (moins de bruit) et organiser des rituels (en signant) qui sécurise lors des moments flous de la journée. L’équipe a donc demandé d’aller plus loin dans son apprentissage de quelques signes et même si la mise en oeuvre (car il faut alors se mettre en scène corporellement) n’est pas si évidente, les professionnelles se sont remobilisées sur un projet commun. Donc, je pense qu’il faut veiller aux jugements de valeurs lorsqu’on veut mettre en avant un autre point de vision sur un sujet. J’espère que nous pourront nous rencontrer dans quelques temps à ce sujet.

    • Bonjour,
      Votre témoignage concerne le champ du handicap, qui est complètement différent ! Et que nous n’évoquons pas dans cet article, puisque c’est ici une réponse à la « mode » du signe pour tous les enfants, non porteurs de handicap, comme promesse de temps gagné et de performance de communication.
      Ici, sur notre blog, nous ne portons pas de « jugement de valeur » mais apportons des regards qui reposent sur notre expérience clinique ancrée sur nos formations théoriques.

  6. Bonjour,

    Désolée, mais pour moi, votre article est clairement un « jugement de valeur »…Vous sous-entendez que tous les parents/professionnels qui utilisent les signes avec leur bébé ne sont rien d’autre que des moutons qui suivent la « mode » aveuglément et qui se complaisent à entrer dans une course à la performance ou à la surstimulation intellectuelle…
    Alors oui, on ne vas pas se leurrer, peut-être que dans certains cas plutôt rares, certaines personnes se trouvent dans cet état d’esprit. Peut-être que votre article s’adresse à eux…mais votre réponse est loin d’être objective et professionnelle et elle dénigre complètement tous les autres!
    Vous est-il si difficile d’envisager que la plupart des familles qui se servent de cette idée sont tout simplement, comme vous l’expliquez si bien, dans « l’accompagnement du développement de leur enfant, en construisant, ensemble, une relation basée sur une communication bienveillante et harmonieuse sans objectif particulier ou résultat programmé, au rythme de leur enfant et en respectant ses besoins » ? En quoi la communication transitoire par signes avec son bébé serait contraire à cette idée ? Ou même néfaste? Vous dîtes vous-mêmes que nous « utilisons tous naturellement des gestes porteurs de sens avec les tout petits, afin d’étayer le sens des mots seuls », n’est-ce pas le concept de base de la LSB (Langue des Signes pour Bébé)??

    Cela dit, si votre expérience à ce sujet ou votre point de vue sur la question s’appuie uniquement sur l’article que vous évoquez au début du vôtre, je comprends vos réticences car leurs arguments sont ridicules et très maladroitement formulés. Je pense que dans la « vraie vie », aucun parent ne décide d’utiliser la LSB pour avoir un enfant qui parle plus tôt que les autres ou avec un QI plus élevé que les autres….Effectivement ce serait effrayant, néfaste et ridicule.

    Bref, je me permets donc, pour rééquilibrer un peu l’argumentaire, de mettre deux autres liens internet ci-dessous (le 1er article a été rédigé par une orthophoniste également). Ils ont au moins le mérite d’être un peu plus neutres et de laisser les gens se faire leur propre opinion, puisqu’ils donnent les avantages et les inconvénients de la LSB et offrent de très nombreux témoignages divers et variés dans leur rubrique « commentaires » :

    http://naitreetgrandir.com/blogue/2014/03/15/la-langage-des-signes-pour-communiquer-avec-bebe/

    http://www.mamanstestent.com/2011/06/signe-avec-moi-le-nain.html

    Bien confraternellement,
    (Oui, je suis aussi orthophoniste, au cas où votre seule réponse serait de me poser cette question, comme vous l’avez fait avec Emilie…)

    • Bonjour Magali,
      Nous sommes ici sur notre blog, et nous donnons notre avis, qui repose sur notre clinique et notre ancrage théorique constructiviste et interactionniste. Aucun jugement de valeur chez nous ! Nous nous engageons, expliquons notre point de vue et l’argumentons, dans cet article ou lors de nos interventions dans les conférences, colloques ou formations.
      Evidemment que vous n’êtes pas obligée de le partager, même si la profession que nous exerçons porte le même nom ! 😉
      Nous croyons à la pluralité, la diversité, nous faisons confiance aux parents et aux professionnels pour qu’ils émettent leurs propres réflexions, et se fassent leur propre avis, au regard de la proposition que nous faisons, et d’autres, comme les liens que vous proposez !
      La polémique aussi est à la mode en ce moment… pas plus qu’une autre, nous ne la suivons 😉
      Bien confraternellement
      (d’ailleurs, oui, nous attendons toujours la réponse d’Emilie, si elle souhaite poursuivre la discussion)

      • Bonjour,

        très franchement, votre réponse à mon commentaire m’a coupé toute envie de continuer la discussion. il semble qu’ici seule l parole des professionnels compte, n’étant qu’une simple maman, je n’ai rien à faire ici…
        merci en tout cas à Magali pour ses messages qui refletent parfaitement ma pensée

    • Mon article est une réponse à l’article, mis en lien, qui prône explicitement la performance et l’augmentation du QI. Ce qui, à notre époque est de plus en plus courant.Ensuite , je regrette, pour pratiquer moi-même le Français signé depuis des années avec des personnes sourdes, adultes, enfants, dans mon cercle amical et professionnel, que la Langue des Signes ( et non pas le Langage des signes) ne soit pas plus communément partagée, et apprise afin que nous puissions tous communiquer ensemble et intégrer complètement dans nos vie et notre société les personnes sourdes.
      La langue des signes est une merveilleuse langue, riche de sa culture et de son histoire, et l’apprendre présente l’avantage de pouvoir communiquer avec les sourds et les malentendants. Elle possède sa grammaire, complexe, et ne peut être réduite à une liste de mots, ou au Français signé, qui consiste à faire des signes en même temps que la phrase que vous prononcez à l’oral. Dans ce cas, il faut déjà connaître beaucoup de signes, pour ne pas ralentir votre débit, ou simplifier à outrance votre niveau syntaxique et lexical, ce qui serait préjudiciable à la construction du langage de l’enfant. Et il faut, aussi, que la personne sourde en face de vous connaisse le français au moins un peu.

      Enfin, quand nous voyons dans nos échanges, avec les familles et les professionnels de la petite enfance comment les temps de communication et de partages diminuent cruellement au profit des temps d’exposition aux écrans, je pense que j’ai d’autres conseils à donner aux parents et aux professionnels que d’apprendre la LFB. Après, bien sûr, chacun est libre mais je préconiserais surtout du plaisir et de la spontanéité dans l’installation et la construction des interactions.
      Tout apprentissage enrichit, mais veillons à ne pas confondre éveil et performance.

      Florence Lerouge

  7. Merci Florence pour votre dernier commentaire. Je suis complètement d’accord avec les idées que vous évoquez (heureusement, il n’y a pas que le nom de notre profession que nous partageons 😉 ), à propos de la richesse de la Langue des signes, de la diminution des temps de partage/de communication, de l’importance de respecter le rythme de chaque enfant, etc.
    De ce fait, je ne comprends pas bien nos divergences et je pense que vous avez une vision erronée de la LSB.
    Pour moi, la LSB porte mal son nom : il est clair qu’il ne s’agit ni de la Langue des Signes Française, ni même du Français signé, cela n’a strictement rien à voir. L’objectif n’est pas du tout d’apprendre une langue à Bébé (quel intérêt puisque vous le dites vous-même, la construction de la LSF prendra le même temps que la construction de la langue orale). Non, en réalité, la LSB est juste un étayage gestuel transitoire, rien de plus! Etayage gestuel que font la plupart des parents de façon naturelle, comme vous le disiez. Du coup, l’objectif de la LSB est simplement et modestement d’élargir un peu le champ lexical de ces gestes. La majorité des parents font spontanément les gestes « dodo », « coucou », « bravo »,etc. pour étayer leur production orale. Et bien, comme dit Emilie, si certains parents ont envie de faire « un peu plus », en quoi cela serait-il néfaste au développement de leur enfant? S’ils ont envie d’étayer leurs phrases avec des gestes comme « changer la couche », « biberon »; «  »doudou », « bain », etc., en quoi cela serait-il si dérangeant ? S’ils gardent le même plaisir et la même spontanéité dans leurs échanges verbaux avec leurs tout-petits et sans attendre quoi que ce soit de leur part? A aucun moment l’enfant n’est « incité » à utiliser ces signes, les adultes s’en servent juste de support visuel pour l’aider à faire des liens entre les concepts et les productions orales associées.
    Si les signes ne l’intéressent pas, il ne s’en saisira pas! (ce qui est le cas pour plein d’enfants). Mais s’il lui prend l’envie d’utiliser le signe « biberon » qu’il a vu et revu dans les étayages de ses parents et qu’il réalise alors que sa demande est comprise, il se sentira simplement « écouté et respecté dans ses besoins ». Tout comme il l’aurait été en faisant d’une autre manière, en pointant le micro-ondes, ou je ne sais quoi d’autre! Comme vous le dites, dans tous les cas, au moment où l’enfant aura besoin de s’exprimer, il se saisira de tous les moyens de communication à sa portée! Donc en quoi le fait de lui fournir un signe symbolique et conventionnel pour exprimer son besoin serait-il considéré comme de la sur-stimulation ou de la « course à la performance » ??
    Alors là, je me doute que certains vont répondre que cela va court-circuiter sa « frustration de communication » et donc freiner sa construction du langage oral. Ben oui…s’il a le signe « biberon », pourquoi s’embêterait-il à apprendre à prononcer ce mot? Et bien, c’est un peu comme si on disait : « s’il marche à 4 pattes, pourquoi s’embêterait-il à se mettre debout? »….Les signes, c’est bien gentil, mais ça ne va pas empêcher Bébé de vouloir parler comme les grands…! Les signes, ça ne fonctionne pas quand maman et papa ont le dos tourné ; les signes ça ne fonctionne pas quand il est avec d’autres personnes, et puis il y a tellement de choses à dire dont il ne connaît pas le signe…!
    En bref, pour moi, c’est un support de communication comme un autre, un soutien transitoire dans une période où l’enfant a envie de raconter plein de choses mais n’a pas encore la capacité physique (neurologique/phonologique/bucco-faciale) de le faire. Au niveau développemental, on sait bien que la capacité à produire des gestes est antérieure à la capacité de prononcer des mots. Donc la LSB est juste une petite bouée de secours pour cette période de transition, que l’enfant abandonnera dès qu’il saura parler. Tout comme un enfant qui marche abandonnera progressivement le 4 pattes !
    Bref, la frustration est nécessaire pour grandir, je suis entièrement d’accord, mais à mon sens, la LSB ne la supprime pas, loin de là…des frustrations de communication, il y en aura toujours (quand il ne connaît pas le signe pour ce qu’il veut dire, quand sa façon de faire le signe ne correspond pas tout de suite au modèle de l’adulte, quand l’adulte ne regarde pas vers lui, etc.) et des frustrations en général, il en vit tellement plein d’autres! (quand les adultes disent non, quand il n’arrive pas à faire ce qu’il veut, quand les copains lui piquent son jouet, etc !) Donc si la LSB peut le soulager au moins un petit peu sur ce plan et rendre la communication avec ses proches plus harmonieuse, n’est-ce pas là une jolie manière de l’accompagner dans son développement et de remplir notre rôle de parent?

    Bref, vous l’aurez compris, c’est simplement mon point de vue de maman. J’utilise la LSB avec ma fille et je suis heureuse de lui fournir une aide ponctuelle pendant cette période transitoire où elle a déjà un milliard de choses à nous raconter. Ca ne l’empêche pas de grandir à son rythme et de prendre tout son temps pour ses acquisitions, ça ne l’empêche pas de prononcer plein de mots, de délaisser les signes dont elle n’a plus besoin ou de garder ceux qui sont importants pour elle, ça ne fait pas de moi une maman qui « court après la performance » et ça ne fait pas de moi une orthophoniste qui va conseiller à tout le monde de faire de la LSB (au contraire, comme vous dites, on a bien d’autres « chats à fouetter »….!).

    Bref, je suis juste une maman. Vous n’aviez peut-être pas l’impression d’émettre un jugement de valeur dans votre article, mais personnellement, je me suis sentie jugée d’une façon assez désagréable.

    Bonne journée à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s